+33(1) 43 59 29 90 contact@gootenberg.fr

Les consultants ne sont pas reproductibles

Parlons simple.
Au fond des choses, les relations publiques ne sont qu’une affaire d’individus, un « people’s business » comme le disent les anglo-saxons : Un client s’adresse à une équipe de consultants pour le représenter auprès des relais d’opinion. Le métier repose essentiellement sur cette relation de confiance, transmise de proche en proche, une chaîne humaine qui assure la transmission des messages par la qualité du lien personnel qu’entretiennent les uns avec les autres.

Parlons net.
Combien d’agences s’engagent sur la permanence de l’équipe mise à disposition de leurs clients ? Et combien de clients, conquis par une certaine agence, se retrouvent marris après la défection (démission, promotion, maternité…) d’un membre clé de leur « équipe dédiée » ? Fort peu, à ma connaissance, et encore, exclusivement sur la demande expresse de leur (gros) client … Alors, pourquoi les agences de la place ne proposent-elles pas spontanément cette possibilité à leurs clients ? En raison des difficultés de gestion des RH, bien sûr, et du risque commercial mal maîtrisé qui pourrait en découler …

Parlons d’avenir.
Les annonceurs semblent aujourd’hui commencer de mesurer l’intérêt de contrats qui les lieraient à des consultants désignés, plutôt qu’à des structures. Les consultants de leur côté y sont bien évidemment favorables, en ce que leur valeur s’en trouverait officiellement reconnue. Aux contrats « intuitu firmae » en vigueur à ce jour, pourraient donc succéder des contrats « intuitu personae », listant nominativement les personnes ressources affectées au dossier. Pourquoi cette évolution du métier qui apporterait à la fois des garanties aux clients et une motivation aux équipes ne pourrait-elle être envisagée ? Le débat est ouvert.

Demandez donc a Mrs. Weber Shandwick (Fleishman Hillard, Porter Novelli, ..) ce qu’ils en pensent: Les grandes agences auront toujours beau jeu de prétendre que l’enseigne est porteuse de valeurs qui séduisent l’annonceur, en amont de toutes contributions de leurs équipes. Comme si les consultants étaient simplement reproductibles dans le moule de l’agence. Curieux cependant que ces grandes agences portent le nom des grands consultants qui les ont fondées. Comme si ceux ci (seulement) n’étaient pas reproductibles…
Mais alors les relations publiques ne seraient qu’un « people’s business »?
😉

François Ramaget

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *