+33(1) 43 59 29 90 contact@gootenberg.fr

Panzer marketing

Lundi 11 :00, je suis très occupé par mes emails et la réunion de planning quand mon portable se met à vibrer. J’hésite une seconde car l’appelant est anonyme (pourquoi recourir à au numéro masqué si l’on a rien à se reprocher ?). Sûrement l’une de ces boîtes de télémarketing qui cherche à me placer un quelconque produit financier … Je décroche, histoire d‘échapper au rappel lancinant du vibreur. Bingo ! C’est l’émetteur de ma carte de crédit à qui j’ai déjà indiqué trois (4 ? 5 ?) fois que je souhaitais être rappelé le samedi… Aujourd’hui, c’est une offre de protection complémentaire – dont je ne veux à aucun prix.

Mais, plutôt que de couper court, j’écoute – pour me cultiver sur l’état du marketing direct. Et, surprise, je constate que les scripts se sont dopés aux stéroïdes depuis ma dernière conversation avec une de ces demoiselles « vous avez sûrement 2 minutes.. ». C’est en effet le cancer qui est le thème clé de mon interlocutrice ; je ne saisis pas bien pourquoi je devrais me protéger de cette maladie plutôt que d’une autre, mais je m’abstiens de poser aucune question qui puisse relancer sa verve … Cancer, on vous dit, 3 fois, 4 fois, dans ce triste monologue rédigé par de brillants dramaturges à l’intention de ma jeune interprète concentrée sur son texte.

La plaisanterie a assez duré. Je demande l’envoi d’une documentation. On me réplique que tout se traite par téléphone, pour me faire gagner du temps, évidemment, alors qu’on vient de m’enquiquiner 5 minutes en brandissant de froides menaces de pathologies invalidantes. J’insiste, j’aurais mon email. Ouf, je suis débarrassé.

Doc bien reçue.

En l’occurrence, c’est le cancer de la prostate que je devrais assurer. Véridique.

Pas sûr que Mademoiselle « 2minutes pour votre veuve» me l’ait dit. Sans doute un peu cru pour être balancé en pleine réunion, encore que….
J’ai plus de 50 ans, c’est sans doute pourquoi je figure dans leur fichier et pour 7€ 50 par mois, c’est une super affaire ! Mais je vais quand même attendre un autre demi-siècle avant de souscrire auprès de ces goujats.
Et je me suis aussi promis de raconter cette histoire … En bref :
  • On appelle, aux heures ouvrables et sur un numéro privé, quelqu’un qui n’a rien demandé (ou plutôt demandé l’inverse)
  • On ne respecte pas ses consignes de rappel sur les plages qui lui conviennent
  • Alors que le bougre est au travail, on tente de le déstabiliser en agitant lourdement le spectre du cancer, le cancer on vous dit (bon pour l’usure du prospect, coco…)
  • Et on tente de conclure l’entourloupe par téléphone, au mépris des lois de protection du consommateur.

Je doute que cette entreprise place ainsi beaucoup de plans de protection complémentaire, mais je ne comprends surtout pas pourquoi elle persiste à utiliser des méthodes aussi rudimentaires. A quand donc la distribution de flyers dans les couloirs des services spécialisés ?

Soyons sérieux. Il n’existe aucune autre technique pertinente que les relations publiques pour la promotion de ce type de produits. Aucun autre moyen qu’une politique d’information transparente basée sur le respect. Quand une entreprise préfère la tactique du char d’assaut à celle du dialogue avec ses clients, son marketing n’est-il pas frappé d’une maladie invalidante ? Ah mais excusez moi, certains devraient y réfléchir.

François Ramaget

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *