+33(1) 43 59 29 90 contact@gootenberg.fr

« Entre la plante verte et l’ordinateur ? »

Alors que de nombreux magazines titrent sur la pénurie de jeunes diplômés, tous les stagiaires en dernière année d’étude connaissent cependant l’incertitude de la fin de stage : « Vont-ils me garder ou non ? ».
Il est vrai que dans la communication, il ne suffit plus de déposer une offre d’emploi ou de stage sur internet pour se retrouver assailli par les CV. Les agences devraient donc trembler de voir leurs stagiaires partir ailleurs. Vraiment tous ?
Fermez les yeux et imaginez le stagiaire lambda, « entre plante verte et ordinateur » comme disait avec ironie ma première responsable de stage, alors que je découvrais ma première agence d’adoption. Écoutez-le …
« Août est arrivé, 5 mois que je suis là, plus qu’un mois, alors, bien sûr ils me sourient, bien sûr ils me disent que tout va bien, mais bizarre, personne ne me parle de mon CDI ! Et si je n’avais pas tout fait comme il fallait ? Pourtant, je pense que oui.
Oui, c’est vrai, je passe du temps sur le web, mais c’est parce que je fais des RP online ! Et puis non, je ne lis pas vraiment la presse même si tout le monde le fait, mais c’est « has been », c’est écrit tout petit, et puis j’ai déjà lu 20 minutes dans le métro, et puis c’est aux séniors de le faire, non ? Moi quand j’arrive, je bois un café avec mes amis stagiaires, et puis je fais des RP online sur MSN avec mes amis dans d’autres agences.
Par contre, je fais tout comme on me dit, pas moins, pas plus, je ne propose jamais de changer quoi que ce soit. Avec moi, ils sont tranquilles, je ne vais pas faire la révolution.
C’est vrai que je ne parle pas très bien anglais, enfin pas « fluent » comme j’avais marqué sur mon cv, – sinon, ils m’auraient jamais pris – mais franchement, je ne suis pas interprète !
Et en plus, ils m’exploitent. Une fois, ils m’ont obligé à rester jusqu’à 20h30, je suis que stagiaire moi, et ça n’est pas pour l’indemnité qu’on me donne que je fais du rab, alors pour compenser, vendredi, j’ai dit que j’étais malade ! … »
Heureusement pour l’économie du secteur, il y a aussi d’autres stagiaires : ceux qui s’intéressent à l’actu, sont curieux et force de proposition, s’investissent dans le job et finalement, dépassent les missions préétablies de l’hybride « plante verte-ordinateur »… Et c’est à eux que les plus anciens racontent, désespérés, leurs mésaventures avec les stagiaires qui n’avaient pas fait l’affaire (et tout ce qui est cité plus haut m’a été raconté lors de mes premiers stages).
C’est pour tous les stagiaires que je voulais écrire ce billet, et en particulier pour certains de mes camarades de promo ISCOM 2008 qui ne se sont jamais contentés de leur poste de plante verte, et qui passent sûrement un été tranquille, à l’ombre de leur proposition d’embauche…

Fabien Pecot

One Response to “« Entre la plante verte et l’ordinateur ? »

  • Je ne suis pas à côté de la plante verte…ouf! Mon stage arrive à sa fin, et l’embauche semblerait d’actualité mais sous forme de stage rallongé. Après avoir été formée 6 mois, je trouve ça dommage que nos compétences (Bac+4/5) ne soient pas plus mises en valeur par souci d’économie. Et oui parce que payer un stagiaire 30% du SMIC c’est quand même une belle opportunité…
    à suivre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *