+33(1) 43 59 29 90 contact@gootenberg.fr

Plus tard je veux être psycho-consultant

Il y a longtemps que je voulais parler d’un master dont je trouve l’approche particulièrement intéressante pour nos métiers : le master en Psychologie sociale de la communication et du marketing de l’Université de Provence (Aix-Marseille).

Unique, ce master se donne pour objectif de nourrir la formation en communication et marketing par l’étude des liens entre les représentations et images et les comportements et intentions.

« Diaboliquement efficace »

Qui peut mieux comprendre les motivations d’une cible de consommateurs que des psychologues spécialistes en relations groupales (puisque c’est le terme consacré) ? Et les relations publiques ne visent elles pas finalement à influencer des comportements ? Que ce soit l’acte d’achat, l’écriture d’un article, la réponse à une question…

Cette approche pose évidemment des questions déontologiques, ainsi qu’en témoigne l’enseignement donné par l’un des maîtres français des techniques d’engagement et de communication engageante : Robert-Vincent Joule, auteur de nombreux livres sur l’influence et la soumission dont certains sont de vrais best seller (Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens, La soumission librement consentie…).

Concrètement, ce master en deux ans recrute en M1 et en M2 (attention, seuls les étudiants détenteurs d’une licence et d’un M1 de psycho seront effectivement titulaire du statut de psychologue en plus du master). En plus des bases de la psychologie sociale, du marketing et de la communication, on y enseigne une approche de la communication via les représentations sociales.

Seuls en France…pour l’instant

Habilitée par le ministère à la rentrée 2008, la spécialité psychologie sociale de la communication et du marketing en est donc à sa deuxième promotion, recrutée par concours au mois de juin dernier.

Le Professeur Christian Guimelli, Directeur du Département de Psychologie Sociale et du Travail m’a expliqué par mail que « Ce master est le seul qui existe en France actuellement. En effet, on ne trouve pour l’instant aucun master de psychologie formant des psychologues spécialisés dans les trois domaines d’intervention constituant la clé de voûte de la formation (psychologie sociale appliquée aux images de marque, aux campagnes de communication et aux processus d’influence sociale) et qui constituent pourtant un pan conséquent de la recherche appliquée en psychologie sociale (cf. Journal of Consumer Psychology). »  En revanche, il précise que d’autres universités américaines et européennes dispensent ce type de formation (par exemple l’Université Libre de Bruxelles ou la London School of Economics).

On peut se demander si les autres universités françaises en Sciences Humaines, sommées d’être plus professionnalisantes ne vont pas suivre l’exemple aixois. Va-t-on alors assister à l’arrivée d’une nouvelle vague de jeunes théoriciens à l’assaut des directions du planning stratégique – déjà saturées par les stagiaires Sciences-Po et Celsa… ?

Effectivement, du côté de certains étudiants du master, on s’inquiète du manque d’enseignements pratiques et de l’hégémonie des représentations sociales dans cette approche.

Un début de réponse : la formation leur prévoit un stage obligatoire de 3 à 4 mois, d’ailleurs, pour déposer une offre ou avoir plus de détails : christian.guimelli@univ-provence.fr

Bonnes vacances,

Fabien

6 Responses to “Plus tard je veux être psycho-consultant

  • J’ai lu avec intérêt votre commentaire sur eco89 concernant la pub.

    Je tenais à vous faire part du fait que l’on considère le web comme compris dans le média et non pas dans le hors média comme vous l’écrivez

    cordialement

    Olivier

    • Je suis d’accord avec vous sur le fait que le web est un média, que l’on peut utiliser dans différentes techniques de communication, j’aurais du le préciser.
      On l’utilise au même titre que les autres médias dans des opérations d’achat d’espace : vous avez entièrement raison.

      En revanche, lorsque l’on crée un site ad-hoc pour y faire vivre une communauté (ce qui n’implique aucun achat d’espace)je pense que l’on reste dans une mécanique hors-média.
      Et bien qu’il y ait débat entre les agences « digital marketing », « RP online », « publicité interactive » etc… on est, à mon sens, sur le territoire des RP et donc du hors-média lorsque la démarche est basée, par exemple, sur la gestion de communauté et de réputation (le propre des RP off ou online).

      Tout dépend donc de ce que l’on entend par web, j’aurais du être plus précis dès le début, merci du commentaire,

      Cordialement,
      Fabien

  • Henri Kauffmann vient de poster cet article sur son blog à propos des principes de la persuasion et super-persuasion :

    http://henrikaufman.typepad.com/et_si_lon_parlait_marketi/2010/03/les-6-principes-de-la-super-persuasion.html

  • fabienaspect
    9 ans ago

    Encore un billet intéressant sur le sujet: Virginie Mirkow sur l’expérience de Asch et la conformité sociale !
    http://www.virginiemirkov.com/361/comment-la-pression-sociale-vous-influence-t-elle/#comment-75

  • Boucaud Mélaine
    3 ans ago

    Bonjour,

    Ce Master est il un Master de Psychologie qui propose comme option ou spécialité la communication et le marketing ou bien s’agit t il d’un Master de Psychologie de la communication et du marketing?
    Merci d’avance pour votre réponse.

    • Gootenberg
      3 ans ago

      Ce master n’existe plus – Il s’agissait d’un master de Psychologie avec une spécialité en communication et marketing. Si vous êtes intéressée par ce type de formation, je vous recommande de vous rapprocher de l’IAE d’Aix-Marseille qui propose plusieurs masters dans ce sens. Bonne continuation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *