+33(1) 43 59 29 90 contact@gootenberg.fr

Quand l’ESC utilise la disparition de Philippe Seguin

Sandrine Blanchard, dans Le Monde daté du 14 janvier, attirait notre attention sur le communiqué de presse diffusé par la Société Européenne de Cardiologie (ESC) au lendemain du décès de Philippe Seguin.

Dans un article très mordant, elle raconte comment l’ESC aurait voulu sensibiliser le grand public aux facteurs susceptibles de provoquer une crise cardiaque, en utilisant la mort de M. Seguin comme prétexte de com…

Outre le cynisme de la démarche, la poésie des formules franglaises nées de la vraisemblable utilisation d’un quelconque logiciel de traduction, ne nous a pas laissés de marbre. Un exemple particulièrement savoureux : « La mort cardiaque soudaine se produit souvent dans les individus sans n’importe quelle maladie du coeur précédemment connue, due à un caillot formant sur une plaque athérosclérotique dans les navires assurant le coeur (artères coronaires) »

Au final, cet effort de communication pathétique (voire pathologique) n’aura servi qu’à discréditer largement ses émetteurs :

On peut saluer la volonté de coller à l’actualité locale, mais alors pourquoi ne pas faire l’effort de respecter ses interlocuteurs, et de miser sur leur capacités de déchiffrage d’un langage quasi codé ? Les messages que l’ESC a voulu transmettre sont tout bonnement incompréhensibles….pour le grand public ! Ainsi, il semble qu’à part Le Monde, aucun média n’ait eu le courage de décrypter le communiqué de l’ESC (en tout cas sur le web). Bref, c’est le contraire de l’effet recherché qui s’est produit : l’ESC a été  tournée en ridicule par le principal journal d’influence français, et par son million de lecteurs quotidiens…

En tout cas, si l’ESC cherche une agence en France… à bon entendeur !

http://www.lemonde.fr/opinions/article/2010/01/13/fichez-lui-la-paix-par-sandrine-blanchard_1291071_3232.html

Adeline Deliau

One Response to “Quand l’ESC utilise la disparition de Philippe Seguin

  • Oui, effectivement, j’ai lu l’article du Monde. Et j’ai cherché la communication dénoncée sur le site de l’ESC. Je me suis dit que cela avait dû être la démarche de la journaliste Sandrine Blanchard. Etonnement, je n’ai pas trouvé l’article en français. Visiblement, l’ESC ne communique qu’en anglais. Et pour cause, comme l’indique le nom, l’ESC est une association européenne et s’adresse donc à des personnes non francophones. De plus, la communication de l’ESC rebondit sur le décès, que l’on peut considérer comme prématuré, de Philippe Séguin, mais n’en fait absolument pas son sujet principal puisque Philippe Séguin n’occupe qu’une ligne sur un sujet d’une page – je ne nie pas que le parallèle puisse être maladroit mais pourquoi pas…
    Du coup, je m’interroge sur deux choses :
    – D’où provient la traduction en français citée par la journaliste de Le Monde ?
    – Quel intérêt de publier un tel article dans Le Monde, la source n’est même pas donné.
    En revanche, je vous transmets un lien vers l’article originel, histoire que vous puissiez vous faire une idée par vous-mêmes. Et avant que l’ESC ne retire le sien, je vous dirige vers une copie conforme : http://www.alphagalileo.org/ViewItem.aspx?ItemId=65678&CultureCode=en

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *