+33(1) 43 59 29 90 contact@gootenberg.fr

« Casse-toi sale gros ! », prochain slogan de l’INPES ?

Nous avions déjà parlé de l’intérêt de la psychologie sociale en marketing, en voilà une illustration toute récente.

Une étude de Grenoble EM et l’Université Pierre Mendès-France (1) montre qu’en matière d’obésité, les adolescents sont moins sensibles aux messages sanitaires que sociaux. Les chercheurs ont exposé un groupe de 800 jeunes femmes et hommes à des messages mettant en avant les risques de l’obésité pour la santé, puis à des messages pointant du doigt les risques d’exclusion sociale. Les résultats montrent que ceux ayant été exposé aux arguments sociaux choisissent ensuite un goûter plus sain que les autres. Cette avancée tout à fait intéressante dans l’absolu pose une question préoccupante aux professionnels de la communication.

Après les campagnes « chocs » contre le tabac et les accidents de la route, va-t-on avoir droit à des publicités mettant en scène la solitude de l’adolescent obèse dans la cour de recréation ? La tristesse de la trentenaire que son copain quitte parce qu’elle est « trop grosse » ? Et la détresse d’un jeune homme en surpoids à qui l’on refuse l’entrée en boîte de nuit ?

Est-on prêt à accepter ça à l’heure du politiquement très correct (cf le dossier de La Croix sur « l’humour méchant » du 3 mars 2010) ?

« Non ! » tout court, ou « non, pas plus que l’on pensait pouvoir supporter les images trash sur les paquets de cigarette il y a 10 ans » ?

Ce serait mettre tabac, alcool et obésité dans le même panier. Et oublier que si pour tout le monde fumer ou boire est un choix, l’obésité, elle, n’est pas toujours la conséquence de grignotages et négligences mais bien souvent une maladie.

Finalement, c’est peut-être là que les chercheurs en psycho-socio peuvent avoir une importante valeur ajoutée : comment faire passer le message qu’une alimentation saine est aussi bénéfique à la vie sociale qu’à la santé, sans faire concurrence à Stéphane Guillon ?

Fabien Pecot

1 – Source : Werle, Carolina O. C., Boesen-Mariani Sabine, et Gavard-Perret Marie-Laure (2010), « Prévention du risque d’obésité chez les adolescents : Identification de facteurs d’efficacité des messages », Rapport Final, Fondation Wyeth pour la Santé de L’Enfant et de l’Adolescent

One Response to “« Casse-toi sale gros ! », prochain slogan de l’INPES ?

  • Carolina Werle
    10 ans ago

    Merci pour votre intérêt par notre recherche.

    J’ai lu avec attention votre billet. Notre objectif avec cette recherche, comme le précise le communiqué de presse, n’est pas de stigmatiser la personne obèse, mais d’étudier l’effet des risques réels associés au surpoids. Lors d’une étude qualitative préalable à l’élaboration des messages publicitaires, les risques sociaux (notamment la moquerie et le regard des autres) ont été mentionnés par les adolescents comme leurs plus grandes préoccupations associées au surpoids. Nous avons essayé de minimiser le risque de stigmatisation en utilisant des images d’aliments et non des photos d’adolescents.

    Nous envisageons d’étudier dans des recherches à venir les effets à long-terme des publicités de prévention de l’obésité utilisant les risques sociaux pour vérifier leur efficacité en termes de changement de comportement alimentaire, mais en mesurant aussi leurs effets en termes de stigmatisation de la personne obèse.

    Bien cordialement,

    Carolina Werle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *