+33(1) 43 59 29 90 contact@gootenberg.fr

Il faut monétiser l’accès, pas le contenu

verrou
« Il ne sert à rien de vouloir faire payer les consommateurs pour du contenu car ils ne l’ont jamais fait et ne le feront jamais. Même lorsque l’on achète un journal ou une place de cinéma, ce que l’on paie, c’est l’accès au contenu, pas le contenu lui-même »… C’est le point de vue de James McQuivey, analyste Forrester, qui le détaille dans un billet et une vidéo sur son blog.

Il ajoute qu’il ne sert à rien de chercher à monétiser son contenu en soi mais qu’il faut au contraire se concentrer sur la valorisation de l’accès, être présent sur un maximum de plateformes et proposer des expériences toujours plus intéressantes. L’accès au contenu passe par internet pour tout ce qui est dématérialisé, mais on peut aussi considérer l’accès au cinéma, aux événements culturels (concerts, théâtre, exposition…) comme de l’accès à un contenu.

Cette réflexion invite à se poser cette question : quel est le juste prix de l’accès ?

100€ / mois. C’est le prix de l’offre quaduple play de Bouygues (110 pour SFR). Je me demande si c’est le juste prix pour un accès illimité à internet, c’est-à-dire à une bibliothèque de contenus universels à partir de tous les terminaux ? A moins que l’on dise adieu à l’illimité, comme vient de l’annoncer AT&T qui recommence à limiter ses forfaits…pour passer à une facturation « à la carte », ou plutôt « au Go » pour les mobiles uniquement : 25$ les 2 Go. Et quelle que soit la formule retenue, comment répartir les revenus de la valorisation de l’accès entre les différents producteurs de contenus ? Reste l’ensemble des contenus non dématérialisables comme une avant-première, un flashmob etc… qui eux, restent sous le contrôle des producteurs de contenus. Ils posent également bon nombre de questions, mais c’est un autre sujet.

Fabien Pecot

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *