+33(1) 43 59 29 90 contact@gootenberg.fr

Re:publica, jour 2 – Le salon de la génération Y

Internet bouleverse le monde mais nous ne prenons pas toujours le temps du recul par rapport aux changements brutaux qu’il implique, le temps de les mettre en parallèle, les nuancer, de regarder comment ces changements s’opèrent ici ou ailleurs.

Qui aurait pu penser que le web poserait autant de questions ? Mais ils sont nombreux aussi a avoir pensé que la révolution internet irait beaucoup plus loin et beaucoup plus vite. Tous les régimes dictatoriaux ne sont pas encore tombés à coups de tweets, mais comme les mondes des media et de la création, la politique n’en finit pas de se poser des questions sur son futur.

La première conférence d’hier portait sur l’influence du contexte socio-économique, et de la culture locale, dans l’utilisation d’internet et l’importance qu’on lui accorde a travers le monde. La conférence a présenté l’exemple de 4 pays, 4 histoires différentes où internet a été source de développement économique ou source d’affrontement politique.

Deux lobbyistes activistes nous ont ensuite expliqué comment le web nous donnait, en Europe, une opportunité de rapprocher les citoyens des parlementaires de Bruxelles et Strasbourg, et contribuer à ce qu’ils considèrent être une « démocratisation des institutions ». Tous lobbyistes ? Nous y reviendrons bientôt.

Présentation de Diaspora

Présentation de Diaspora

Plus tard, un des fondateurs de Diaspora nous a donné un état de santé du réseau social « anti-Facebook », et a surtout partagé 10 leçons d’entreprenariat tirées de son expérience sur le projet. Un vrai manifeste de l’entreprenariat version génération Y : « Faites quelque chose que vous aimez », « si les gens pensent que ce que vous faites est un jouet, vous êtes sur la bonne voie », « partagez vos idées, elles deviendront meilleures » etc…

Puis il a été question des droits dans le secteur de la Musique. La facilité d’échange permise par internet pose la question des droits de manière critique, ce n’est un secret pour personne. Sur la scène de Re:publica, quelques artistes et managers ont tenté d’imaginer « le jour d’après la révolution » : un monde idéal de redistribution des revenus de la création, réinventant la question des droits, des sociétés de gestion collective, du partage et de la liberté de circulation des œuvres.

Enfin, un tandem Mozilla / Die Zeit a présenté les défis de la modernisation nécessaire du journalisme face aux menaces et opportunités du web. Beaucoup de question autour du sens : comment intégrer les infos venues des media-sociaux au travail des reporters ? Comment rendre les données compréhensibles par tous ? Comment exploiter les reportages amateurs ? Mais à la différence de la présentation d’hier, rien sur la monétisation… dommage !

Internet est une révolution en marche, il a beau être universel, il se heurte aux particularités de chaque pays, chaque secteur économique, chaque organisation, qui peuvent accélérer ou freiner son développement.

Fabien Pecot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *