+33(1) 43 59 29 90 contact@gootenberg.fr

Oise Hebdo : trois ans d’avance

On ne peut pas toujours être à la traine des tendances, et c’est même déconseillé dans nos métiers. Parfois on a l’impression d’être en avance, mais c’est une notion très relative, en avance par rapport à qui ? A ses collègues d’agence de com’ ? A la plupart de ses contacts Twitter ? A sa grand-mère de Bretagne ?

S’il est préférable de ne pas découvrir la dernière tendance berlinoise de la bouche de sa grand-mère bretonne, on est à peu près sûr de ne pas révéler en permanence des scoops à l’ensemble de ses contacts twitter (et si oui, c’est qu’ils sont mal choisis).

Mais cette fois, nous avons assuré…grave !

Nous observons depuis quelques mois avec délectation que notre hebdomadaire préféré fait le buzz. D’abord chez les « early adopters » du hashtag #PQRmonamour (groupies des perles de la PQR) mais aussi sur un groupe Facebook « Oise Hebdo – pour les fans » (ils sont plus de 630 à ce jour !), il y a eu quelques citations dans Rue89 et d’autres sites de premiers plans à l’époque des « Strauss-Khaneries », puis un article dans le Canard Enchaîné sur le journaliste qui s’interview tout seul… jusqu’à la consécration : trois pages dans le Grazia du 9 au 15 septembre.

Comme une amie me l’a dit catégoriquement : « 3 pages dans Grazia, ça en fait le it-magazine de la rentrée ! », et puis voilà que Télérama s’y met, alors on se prend à rêver… bientôt Les Inrocks, et Technikart (qui a des délais de bouclage plus long)… on n’interdit rien à Oise Hebdo !

Chez Aspect, la « Oisehebdomania » nous a touchés en juin 2008 lorsque nous avons reçu le premier numéro d’un abonnement de 6 mois (nous avions un client dans l’Oise) ! Six mois de rigolade tous les jeudis, six mois de « Rooh, tu as vu, il y a encore un maire qui est mort !!! » ou de « Quelqu’un a vu Oise Hebdo ? J’ai pas encore fini de le lire… », ça change des agences où on s’arrache Vogue ou Le Monde, chacun son truc, et nous, de juin à décembre 2008, c’était Oise Hebdo.

En cadeau, voilà la première couverture, celle qui nous a conquis, exposée fièrement dans mon bureau et que nous avons bien sûr emmenée dans nos nouveaux locaux !

Fabien Pecot

photo Oise Hebdo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *