+33(1) 43 59 29 90 contact@gootenberg.fr

La campagne RP du moment : The Artist ou l’orchestration d’un grand tapage médiatique au service d’un film muet

 

Après avoir obtenu les plus belles récompenses en France et en Europe, ‘’The Artist’’ vient d’obtenir la consécration suprême Outre-Atlantique : l’Oscar du Meilleur Film.

L’histoire commence en septembre 2011 lorsque le film est présenté pour la première fois au jury  du Festival de Toronto. A partir de cette première apparition publique, le réalisateur et ses acteurs prennent d’assaut les médias américains. De la presse traditionnelle au Talk Show d’Ellen De Generes et de Jay Leno sur NBC en passant  par le web… tous les projecteurs et caméras se braquent sur l’équipe du film muet.

Le film disruptif de Michel Hazanavicius a su séduire par son côté inattendu, le talent de ses acteurs ainsi que la beauté de ses décors. Mais il faut avant tout reconnaître que la  campagne médiatique menée d’une main de fer par Harvey Weinstein, producteur et distributeur américain du film, a été décisive.

En effet, promouvoir un film muet et qui plus est en noir & blanc, porté par une équipe inconnue aux Etats-Unis, s’avérait être un vrai défi. Le lobbying intensif mené par Weinstein, connu aux US pour avoir produit Inglorious Basterds ou encore Gangs of New York, ainsi que la campagne médiatique étalée sur 6 mois ont largement contribué à faire émerger ce film pourtant si silencieux… Affiches promotionnelles du film dans la presse cinéma américaine, ou placardées sur les murs des grandes villes, interviews sur les plateaux des JT et Talk Shows les plus célèbres, sortie en fanfare de toute l’équipe (et du chien) lors des cérémonies : rien ne semble avoir été laissé au hasard.

Un grand sacrifice a également été demandé aux acteurs principaux du film qui ont dû accepter de mettre leur vie entre parenthèses pour quelques mois afin de consacrer une grande partie de leur temps à la promotion du film, avec l’interdiction de tourner un autre long métrage durant cette période.Jean Dujardin peut en témoigner qui, faute d’avoir suffisamment travaillé son anglais sur les bancs de l’école, a été forcé de prendre quelques cours de rattrapage pour palier ses lacunes lors des interviews !Ou encore, Alexandra Lamy qui a du également donner de sa personne pour coller au rôle parfait de ’’la femme fatale de’’, relookée de la tête aux pieds par la célèbre styliste Frédérique Lopez.Et, pour s’attirer les voix du lobby latino-américain, Bérénice Bejo, elle, n’a cessé de clamer son amour pour l’Argentine, son pays d’origine!

Véritable hommage au cinéma Hollywoodien, ‘’The Artist’’ prouve qu’avec un bon produit, une communication savamment menée et une équipe ‘’media-trainée’’, la notoriété monte en flèche et qu’elle peut transformer un film français en une véritable success story planétaire.

Deborah

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *