+33(1) 43 59 29 90 contact@gootenberg.fr

Rachetons #l’Obs !

Soyons concrets. Le Nouvel Obs vient de passer aux mains du trio BNP – Bergé, Niel, Pigasse – pour la modique somme de 4,1 million d’euros.  Si le prix peut sembler justifié, en termes économiques par l’importance des pertes – 10 millions pour un chiffre d’affaires de 90 – il parait dérisoire au regard du prestige et de la puissance d’un titre cumulant près de 2,5 millions de lecteurs… Et il impacte l’ensemble de la valorisation du secteur, puisque « certains observateurs disent qu’en vendant à ce prix, il tirait toute la valeur de la presse magazine vers le bas », ainsi que le souligne les Echos.

ObsSans mettre en doute les compétences des acquéreurs, il est dommage que seuls quelques grands mécènes puissent se préoccuper de la survie de nos fleurons de la presse écrite. Si Perdriel, son patron historique, indiquait avoir « essayé pendant longtemps de créer une fondation pour financer l’Observateur », n’existe-t-il donc aucune solution du côté du crowdfunding ?

Je voudrais revenir sur une idée lancée ici – celle d’un fonds de soutien ouvert aux entreprises, toutes les entreprises conscientes des enjeux de la biodiversité médiatique. Un fonds qui pourrait légitimement être initié et animé par les organisations représentatives des agences – telles que le Syntec RP.

Si l’on considère ce seul syndicat, il regroupe à ce jour 44 agences adhérentes. En supposant que chacun de ses membres persuade 10 de ses clients à investir dans un tels fonds, on pourrait ainsi cumuler les contributions de plus de 400 entreprises… Et si chacune d’entre elles avait versé moins de 10 000 €, le fonds aurait pu procéder à l’injection financière nécessaire au Nouvel Obs.

Le raisonnement est certes rapide, car il importe évidemment de débattre du cadre légal et fiscal de semblables contributions. Mais, je souhaitais ici alerter notre profession qui se tient trop souvent à l’écart de cette grave question de l’écosystème des médias. Un tel projet ne pourrait-il pas servir à la fois la  notoriété des relations Publics et notre sens de la responsabilité sociale ? Nous sommes à votre disposition pour en parler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *