+33(1) 43 59 29 90 contact@gootenberg.fr

Mais comment faire émerger ma start-up dans les médias ?

Le site Vivatechnology affiche fièrement des chiffres vertigineux : Fin mai dernier, près de 8000 startups se retrouvaient au coude au coude sur l’événement pour séduire les investisseurs – et les 1500 journalistes présents. On a dénombré cette année environ 1000 articles de presse qui ont relaté l’événement et attiré l’attention vers les talents les plus prometteurs.

Lesquels ? Sans doute, les vainqueurs des 102 (!) challenges organisés par Viva Technology ont-ils eu droit à des mentions, des citations ou des reportages. Mais les autres ? Les startups ont été nombreuses à rater le coche …  L’événement reviendra l’an prochaine et les salons consacrés aux startups se multiplient : Pour les jeunes pousses qui veulent se rendre visible, il nous a semblé utile de proposer ici quelques conseils. Quelles sont les stratégies à adopter si vous souhaitez devenir un sujet d’intérêt (et de couverture) pour les médias ?

Articles de presse en France mentionnant VivaTechnology – Source factiva.com

La stratégie de l’impro totale

Beaucoup d’entrepreneurs ont un pur focus « investisseurs ». Et, même si les investisseurs lisent Maddyness ou les Echos, regardent BFM ou LCI, écoutent France Info ou RTL, ces startups n’auront rien prévu en termes d’approche des médias. Comptant sur l’attrait de leur personne et de leur business model, ils arpenteront les allées en lorgnant sur les badges Presse dans l’espoir de remorquer un hypothétique journaliste vers leur stand.

A moins d’un coup de chance (ou d’un physique extraordinairement attirant), il est hautement improbable que le dit journaliste accepte la proposition … Sollicité dès la clôture du CES par les armées de communiquant des grands groupes, le journaliste a déjà sa feuille de route toute tracée : Les yeux rivés sur le kakemono Google, Orange ou bien LVMH, il sera fatalement entre deux rendez-vous, et fort peu enclin à considérer la drague de rue comme une pratique admise dans les relations presse. Ces start-ups auront ainsi passé 36 heures à quelques mètres d’un millier de médias sans en tirer aucun bénéfice : Cette stratégie est évidemment la plus adaptée pour passer inaperçu …

La stratégie de l’amateur

D’autres startups, un peu plus organisées, feront l’effort d’envoyer un mail à leurs quelques contacts dans les médias. Elles leur proposeront de passer les voir pour découvrir leur innovation totalement disruptive en matière d’IA, IoT, réalité augmentée, open innovation, chatbot, marketing digital, gamification ou encore industrie 4.0… Peu importe le sujet, d’autres les auront précédées avec une offre similaire. Et beaucoup d’entre elles auront une proposition mieux ciblée, adressée à des contacts entretenus de longue date. Cette stratégie peut générer quelques papiers chanceux mais, là encore, l’exposition média risque d’être bien décevante.

La vraie stratégie RP

Certaines startups enfin sont remarquées et relayées par les journalistes car elles ont compris que le levier des médias est critique pour leur succès.

En amont du jour J, elles ont identifié tous les journalistes spécialistes de leur secteur, elles leur ont envoyé régulièrement de l’info sur l’évolution de leur projet, elles leur ont présenté des démos. Et elles ont prévu une annonce significative à l’occasion de VivaTech. Elles sont aussi capables de proposer le commentaire d’un tiers de référence sur leur solution, partenaire, beta testeur, investisseur ou consultant … Celles-ci peuvent nourrir l’ambition d’émerger dans le brouhaha. En développant des contacts de qualité avec des journalistes reconnus comme des partenaires importants, elles trouvent leur place dans le paysage médiatique. Et, au-delà des contacts directs noués sur le salon, les articles récoltés sur l’événement leur procureront une visibilité média – et des bénéfices SEO – qui serviront certainement le futur de leur projet.

Bien sûr, entre développement du site web et course au financement, pour de nombreuses startups, il n’est pas facile de mettre en place un vrai programme RP. Mais nous nous pouvons que leur recommander de considérer les RP comme un « serious business », une composante clé de leur succès. Et leur indiquer, qu’à défaut de temps, le recours à une agence pourrait avoir du sens. Si elles sont passées à côté de VivaTech 2018, cela pourrait être utile pour la prochaine édition … Si vous faites partie de ces startups en quête de reconnaissance média, nous serions ravis d’en parler avec vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *